* Que corrige la plastie mammaire pour ptose?
* Qu'est ce qu'une plastie mammaire?
* Qu'est ce qu'un sein tubéreux?
* Buts de la reconstruction mammaire
* La reconstruction par prothèse
* La reconstruction par lambeau de muscle grand dorsal
* La reconstruction par lambeau abdominal
* La symétrisation du sein controlatéral
* La reconstruction de l’aréole et du mamelon
* Qu'est ce qu'une gynécomastie?

Pour en savoir plus sur ces interventions cliquez ici

Que corrige la plastie mammaire pour ptose?


La plastie mammaire pour ptose est une intervention chirurgicale qui permet de remonter en bonne position les seins qui tombent sans en diminuer le volume.

Il s’agit d’une intervention de chirurgie esthétique, qui n’est prise en charge ni par la sécurité sociale, ni par la mutuelle : l’ensemble des frais est à votre charge, et en particulier aucun arrêt de travail ne peut vous être prescrit. Si l'intervention est décidée, un devis vous sera remis par le chirurgien au cours de votre deuxième consultation.

L'intervention a pour buts de retirer la peau excédentaire, de concentrer le volume glandulaire des seins, et de placer l'aréole et le mamelon en bonne position.

Eventuellement si les volume des seins est faible il est possible d’en augmenter le volume par une prothèse mammaire.



Qu'est ce qu'une plastie mammaire?

La plastie mammaire de réduction est une intervention chirurgicale qui permet de réduire le volume des seins hypertrophiques en retirant à la fois de la peau et de la glande mammaire en excès.

Elle n'est prise en charge par la sécurité sociale que lorsque le chirurgien enlève plus de 300 grammes par sein opéré.

Dans le cas contraire, il s'agit d'une intervention de chirurgie esthétique, qui n'est prise en charge ni par la sécurité sociale, ni par la mutuelle : l'ensemble des frais est à votre charge, et en particulier aucun arrêt de travail ne peut vous être prescrit. Si une intervention est décidée, un devis vous sera remis par votre chirurgien lors de votre deuxième consultation.

Le volume des seins: diminution

la ptose, en remontant le sein et une éventuelle asymétrie préexistante.

La position de l'aréole et du mamelon est remontée par l'intervention.


Qu'est qu'un sein tubéreux?

Le sein tubéreux est défini comme un sein dont l’implantation sur le thorax est réduit et dont la croissance se fait au travers de l’aréole.

Sa correction impose donc d’effectuer à la fois un geste de réduction de l’aréole, un remodelage de la glande mammaire et le plus souvent une augmentation du volume du sein par la pose d’implant mammaire.

Les cicatrices sont variables: autour de l’aréole seulement voire en T inversé lorsque l’on associe une technique de plastie mammaire.

Dans la plupart des cas deux intervention sont nécessaires pour obtenir la forme souhaité avec une correction optimale de l’asymétrie du sein.

L’intervention est prise en charge par la sécurité sociale.


La reconstruction chirurgicale du sein a 3 buts :


• apporter un volume, ce qui peut être obtenu de 3 façons possibles : prothèse simple, lambeau de muscle grand dorsal, et lambeau abdominal. Le choix dépend de différents paramètres : qualité et souplesse de la peau autour de la cicatrice, forme et volume du sein restant, état des tissus utilisables.

• Symétriser le sein controlatéral

• Reconstruire une aréole et un mamelon.

Dans tous les cas, la reconstruction nécessite deux ou trois interventions séparées par plusieurs mois d'intervalle.



La reconstruction par prothèse


C’est la technique la plus simple, ne créant pas de cicatrice supplémentaire. Elle ne peut s'envisager que si la peau du thorax est bien souple. Sinon, il faut associer à la prothèse un lambeau de grand dorsal (voir plus loin).

La prothèse est formée d’une enveloppe de gomme de silicone, remplie d'un gel de silicone de haute densité, dont l’absence de risque pour la santé est aujourd’hui bien établie. Elle est de forme ronde ou anatomique (en goutte), et sa surface est dite "texturée", c'est à dire irrégulière et granuleuse pour réduire le risque de coques.



La reconstruction par lambeau de muscle grand dorsal


Ce mode de reconstruction repose sur le prélèvement de peau et de muscle ("musculo-cutané") sur le côté du thorax et dans le dos, et il crée une cicatrice supplémentaire à cet endroit.

Il est indiqué quand la qualité de la peau du thorax ne permet pas de placer une prothèse seule, et lorsque la morphologie du thorax, la taille et la forme du sein controlatéral s’y prêtent.

Il est rare que la morphologie du thorax et du sein controlatéral permettent de se passer de prothèse et d'utiliser le lambeau seul. Dans l'immense majorité des cas, le volume du sein est donc reconstruit en associant une prothèse au lambeau musculo-cutané de grand dorsal.


La reconstruction par lambeau abdominal


Ce type de reconstruction repose sur le prélèvement de tissus de la partie inférieure de l’abdomen : il implique donc une cicatrice supplémentaire, longue, horizontale, située au dessus des poils pubiens.

Il est indiqué si le sein controlatéral est volumineux et si l’anatomie du ventre s’y prête. Le volume du lambeau étant important, il n’est pas nécessaire d’y associer une prothèse.

La peau et la graisse de l’abdomen sont prélevées selon les cas avec ou sans le muscle sous-jacent.

Le lambeau peut-être "pédiculé" (il reste attaché à ses vaisseaux), ou "libre" (ses vaisseaux nourriciers sont coupés puis rebranchés sur les vaisseaux de l’aisselle par des techniques de microchirurgie). Le choix de la technique est lié aux conditions locales et son indication est posée par votre chirurgien.



La symétrisation du sein controlatéral


Son but est d’harmoniser le volume et la forme des deux seins. Elle est réalisée quelques mois après la reconstruction du volume pour laisser au sein reconstruit le temps de prendre sa place naturelle.

• Si le volume du sein restant est supérieur à celui du sein reconstruit, et/ou s'il tombe plus que lui, il est réduit et remonté par une des techniques classiques de plastie mammaire. La cicatrice est circulaire autour de l’aréole, et verticale depuis le pôle inférieur de l’aréole jusqu’au sillon sous-mammaire. Une cicatrice horizontale dans le sillon sous-mammaire s’y ajoute fréquemment.

• Si au contraire le volume du sein reconstruit est supérieur à celui du sein restant, la mise en place d’une autre prothèse peut être envisagée dans le sein restant.

Cette phase de la reconstruction tiendra compte de vos désirs ainsi que des conseils et de l’expérience du chirurgien.



La reconstruction de l’aréole et du mamelon


La reconstruction de l'aréole et du mamelon est faite soit au cours de l'intervention de symétrisation du sein controlatéral, soit quelques mois après celle-ci.

L’aréole est reconstruite par une greffe de peau totale prélevée à la face interne de la partie supérieure de la cuisse, là où la couleur est plus foncée. Le site de prélèvement de la greffe est suturé. Au niveau de l’aréole reconstruite, des pansements sont nécessaires pendant 3 semaines, réalisés par une infirmière à domicile.

Le mamelon est reconstruit par une plastie (modelage) de la peau du nouveau sein ou, lorsqu'il est volumineux, par un morceau du mamelon controlatéral.

L’aréole et le mamelon sont reconstruits 3 mois environ après la reconstruction du volume du sein. On peut mettre à profit ce temps opératoire pour symétriser le sein controlatéral et effectuer des retouches si nécessaire : amélioration du volume du sein, de la position du sillon sous-mammaire, de l’aspect des cicatrices.
Qu'est ce qu'une gynécomastie?

La gynécomastie est un développement excessif des seins chez l’homme, d’un seul côté ou des deux côtés, de façon symétrique ou non.

Elle est généralement peu ou pas douloureuse, mais elle peut parfois s’accompagner d’une sensibilité de la poitrine.

Théoriquement, la véritable gynécomastie n’est liée qu’à la glande mammaire, et la fausse gynécomastie ne contient que de la graisse.

En pratique, les deux composantes, glandulaire et graisseuse, sont très souvent associées.

La gynécomastie est très fréquente, en particulier à certaines périodes de la vie: chez le nouveau né (60% des cas), puis au moment de la puberté (60% des cas) où elle disparaît généralement en moins de deux ans. Chez l’homme adulte, la gynécomastie survient dans 30% des cas environ (jusqu’à 60% des cas après 70 ans).